Stornoway

Photo de Stornoway, à Ottawa, au Canada
Stornoway, résidence officielle du chef de l'opposition officielle du Canada

Stornoway est la résidence officielle du chef de l’opposition du Canada et un édifice fédéral du patrimoine reconnu. Au fil des ans, nombre de personnages historiques ont habité Stornoway, dont la princesse Juliana des Pays-Bas en exil et plusieurs futurs premiers ministres. Située au 541, avenue Acacia, dans le village de Rockcliffe Park, à Ottawa, la résidence n’est pas accessible au public. Toutefois, vous pouvez visiter virtuellement cet édifice historique.

Visite virtuelle de Stornoway

You are missing some Flash content that should appear here! Perhaps your browser cannot display it, or maybe it did not initialize correctly.

L’histoire de Stornoway

Une maison « de campagne »

Au début des années 1900, le village de Rockcliffe Park était un secteur rural qui attirait l’élite à proximité d’Ottawa. Beaucoup de grandes maisons « de campagne » ont été construites à Rockcliffe quand le tramway a relié le secteur à Ottawa en 1891. Stornoway, du nom de la municipalité de l’île Lewis dans les Hébrides, était l’une d’elles.

Stornoway a été construite en 1913 par Ascanio Joseph Major, qui dirigeait l’une des plus grandes épiceries de gros de l’Est du Canada. Pour en concevoir les plans, il a engagé Allan Keefer, un architecte de renom à l’époque. En 1923, les Perley-Robertson, une autre distinguée famille de la région, ont acheté la maison et l’ont agrandie au cours des années qui ont suivi.

Un exil royal

Après l’invasion des Pays-Bas par les armées allemandes, le 10 mai 1940, la famille royale néerlandaise est partie en exil. La princesse Juliana, héritière de la reine Wilhelmina des Pays‑Bas, son mari et ses enfants ont été envoyés au Canada pour leur sécurité.

Les exilés royaux ont d’abord vécu à Rideau Hall, puis dans une petite maison surpeuplée de Rockcliffe. En 1941, Mme Perley-Robertson est venue à la rescousse en offrant à la princesse Juliana de lui prêter Stornoway. La princesse et sa famille ainsi que leurs amis y ont emménagé à l’été de 1941. C’est à Stornoway que la princesse Juliana a ramené à la maison son troisième enfant en 1943.

La résidence officielle du chef de l’opposition du Canada

Depuis 1950, Stornoway est la résidence officielle du chef de l’opposition (soit le chef du parti qui occupe le deuxième plus grand nombre de sièges au Parlement). Aujourd’hui, le gouvernement du Canada est propriétaire de la maison, mais pendant des années, elle a appartenu à une fiducie privée qui s’occupait de la gérer.

En 1946, le sénateur Gratan O’Leary a lancé une campagne dans le but de trouver une résidence pour le chef de l’opposition. Il a recueilli des fonds auprès d’amis et d’associés d’Ottawa, a créé un fonds en fiducie et s’est mis à la recherche d’une propriété qui pourrait convenir. Les Perley-Robertson ont offert Stornoway à la fiducie au prix réduit de 55 000 $.

Le chef conservateur George Drew (ancien premier ministre de l’Ontario) et sa femme en ont été les premiers occupants (1950-1956), suivis en 1958 de Lester et Marion Pearson. Des familles de politiciens l’ont habitée — dont les Diefenbaker, les Stanfield et les Clark — et d’autres leur ont succédé jusqu’à ce jour.

De nos jours

Stornoway est devenue la propriété du gouvernement du Canada en 1970. Depuis ce temps, quelques modifications majeures ont été apportées à la résidence. La CCN en assure la gestion depuis 1986.