Le 7, Rideau Gate

Photo du 7, Rideau Gate, où logent les chefs d'État en visite à Ottawa
Le 7, Rideau Gate est le « second chez soi » des chefs d'État en visite à Ottawa.

Le 7, Rideau Gate a pour fonction de servir de « second chez-soi » élégant et confortable aux dignitaires étrangers. C’est ici, tout près de Rideau Hall, que le ministère des Affaires étrangères et du Commerce international loge et accueille les chefs d’État en visite dans la région de la capitale du Canada. La résidence n’est pas accessible au public. Toutefois, vous pouvez la visiter virtuellement.

Visite virtuelle du 7, Rideau Gate

You are missing some Flash content that should appear here! Perhaps your browser cannot display it, or maybe it did not initialize correctly.

Historique

La résidence du 7, Rideau Gate a été construite il y a près de 150 ans par un homme d’affaires prospère d’Ottawa. Au fil du temps, elle a appartenu à des familles qui ont laissé leur marque dans l’histoire de la ville.

La maison d’un propriétaire d’usine

En 1862, Henry Osgoode Burritt a acheté une parcelle de terrain dans le village industriel de New Edinburgh et y a construit une maison à proximité de sa filature de laine cardée aux chutes Rideau. La demeure était une résidence typique de la nouvelle élite commerciale d’Ottawa et elle témoignait des débuts de la prospérité de la ville comme centre industriel. En 1873, Burritt a vendu la maison pour la somme alors considérable de 10 000 $.

Des propriétaires de la classe moyenne d’Ottawa

Le nouveau propriétaire, Philemon Wetherall Wright, était petit-fils de pionniers et commis de bureau de poste. Sa femme, Sarah Slater, elle aussi descendante de colons de la première heure, et sa famille faisaient partie d’une « aristocratie » locale émergente. Les Wright ont baptisé leur nouvelle résidence « Edgewood » (orée du bois), qui donnait une idée de la proximité de la nature et de la ville à l’époque. Ils ne sont restés à Edgewood que trois ans. La maison est demeurée vacante pendant quelques années.

La demeure d’aristocrates

En 1884, l’honorable Octavius Henry Lambart, fils cadet du comte de Cavan, de Grande-Bretagne, y a emménagé avec son épouse, une Canadienne. Les Lambart ont vécu dans la maison jusqu’en 1934. Le deuxième propriétaire de la lignée, Frederick Howard John Lambart, était un ingénieur civil qui a participé à l’arpentage de la frontière canado-alaskienne.

Modernisation et agrandissement

Pendant 70 ans, la maison a conservé son aspect victorien. En 1947, l’emménagement du commodore Percy W. Nelles, chef d’état-major de la Marine royale du Canada, a marqué le début de changements véritables. Le nouveau propriétaire a modernisé la maison en enlevant les vérandas et en changeant entièrement le décor victorien sombre de l’intérieur.

Le dernier propriétaire privé a été l’homme d’affaires Thomas Franklin Ahearn, fils de l’inventeur Thomas Ahearn. Les Ahearn ont enlevé le belvédère, ajouté des volets et fait construire un solarium à l’est de l’édifice original et une aile à l’ouest.

La vocation publique

Le gouvernement du Canada a acquis la maison en 1966. En raison de son emplacement idéal à côté de Rideau Hall, le 7, Rideau Gate est devenu la résidence officielle qui accueille les dignitaires étrangers en visite.

Depuis 1986, la CCN est responsable de toutes les résidences officielles de la région de la capitale du Canada. Elle a restauré et remeublé la maison avec le concours du Fonds Canadiana qui reçoit des dons d’œuvres d’art et de meubles. La CCN a ainsi pu redonner à cette maison historique son caractère et son âme d’origine. Grâce à la générosité des descendants des Lambart, une partie des objets ayant appartenu à cette famille a réintégré le 7, Rideau Gate. La décoration et le mobilier de la résidence créent une atmosphère typiquement canadienne.