Le 24, promenade Sussex

Photo du 24, promenade Sussex, à Ottawa, au Canada
Le 24, promenade Sussex, la résidence officielle du premier ministre du Canada

Le 24, promenade Sussex est la résidence officielle du premier ministre du Canada. Une partie est réservée à sa famille. La partie publique appartient à l’État. C’est là que le premier ministre accueille des invités et des collaborateurs pour les activités publiques. Ces pièces sont décorées et meublées en tenant compte de leur importante fonction publique.

La maison du 24, promenade Sussex a été construite en 1868. Ses trois premiers propriétaires étaient tous des personnalités très connues, de grands entrepreneurs, mais aussi des députés. La maison a accueilli l’élite politique du pays. Acquise par l’État, elle a été transformée en résidence officielle du premier ministre en 1950. La résidence n’est pas accessible au public. Toutefois, vous pouvez la visiter virtuellement.

Visite virtuelle du 24, promenade Sussex

You are missing some Flash content that should appear here! Perhaps your browser cannot display it, or maybe it did not initialize correctly.

Historique

Lieu de paix

Au début du 19e siècle, le Canada attire de jeunes immigrants pleins d’ambition. Âgé de 17 ans, Joseph Merrill Currier, originaire du Vermont, s’est établi à Ottawa en 1837 pour y faire fortune dans le commerce du bois. En 1868, il a fait construire pour cadeau de mariage à sa troisième femme, Hannah, une maison située près des forêts et de l’eau, sources de sa fortune. Il a baptisé la demeure « Gorffwysfa », qui signifie « lieu de paix » en gallois.

Politique et affaires

Après le décès de Hannah Currier, en 1901, la demeure est devenue la propriété de William Cameron Edwards, membre d’une autre grande famille de l’industrie du bois. Comme le précédent occupant, Edwards était un homme d’affaires prospère et un politicien en vue. À partir de 1893, il possédait toutes les scieries situées à l’est des chutes Rideau et il en a fait un important complexe de transformation du bois. Edwards a été député fédéral de 1891 à 1900, puis sénateur. Au décès d’Edwards, en 1921, son neveu Gordon Edwards a hérité de la maison. Ce dernier a été élu député fédéral de la circonscription d’Ottawa en 1926.

Expropriation

La bataille pour l’acquisition du 24, promenade Sussex par l’État a été longue et ardue. En 1943, l’État fédéral possédait presque tous les terrains longeant la rivière des Outaouais, de l’ambassade de France à Earnscliffe (ancienne résidence de sir John A. Macdonald). À cette époque, on craignait l’exploitation commerciale des berges, ce que le gouvernement voulait éviter à tout prix. En 1943, un avis d’expulsion est servi à Gordon Edwards, qui a consacré les quelques dernières années de sa vie à lutter contre cette ordonnance. L’État a remporté la victoire, mais, même après le règlement du différend par les tribunaux, en 1946, on ne semblait pas savoir quoi faire de la maison. En 1950, on a décidé de la remettre en état pour en faire la résidence du premier ministre. Le « modernisme » sévissant à l’époque, de nombreux éléments victoriens de la maison, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur, ont été enlevés, notamment des fenêtres en baie, des lambris, plusieurs beaux foyers et des boiseries ouvragées.

Vie officielle

En 1950, une résidence officielle constituait la dernière priorité du premier ministre Louis St. Laurent. St. Laurent a finalement consenti à y emménager, du moment qu’il pouvant continuer de payer un loyer. Cette pratique a duré jusqu’en 1971. Les chefs de gouvernement s’y sont installés à tour de rôle, dont John Dienfenbaker, Lester B. Pearson et Pierre Elliott Trudeau. La liste des visiteurs comprend des personnalités comme sir Winston Churchill, la reine Elizabeth II ainsi que John et Jacqueline Kennedy.

De nos jours

La maison a peu changé depuis 1950. On a ajouté un solarium à l’arrière, modernisé la cuisine et construit une piscine intérieure et un sauna. Depuis 1986, le 24, promenade Sussex est géré par la CCN. La CCN réalise un projet de réfection à long terme pour que ce précieux et vieil édifice du patrimoine demeure dans un état optimal. Les travaux se poursuivront au cours des prochaines années.